INTERVIEW : S-PION, NÉ POUR BRILLER

INTERVIEW : S-PION, NÉ POUR BRILLER

Solide, voilà un qualificatif assez vaste pour définir S-Pion. C’est d’ailleurs le nom de son projet sorti le 18 novembre dernier. Toujours sur ses appuis, des Tarterêts aux salles de concerts, il a tout vécu. Retour sur une interview riche en introspection.

Hello S-Pion, ton projet Solide est sorti il y a quelques jours, comment vas-tu ?

Là ça va mieux, le projet est sorti. Quand tu es sur un projet c’est la course donc là je me repose un peu (rires), je peux souffler.

Avec du recul, qu’as-tu pensé de ce projet ?

Avec le format EP je me suis un peu lâché. C’est un EP où je me suis dit “pourquoi pas tester de nouvelles choses ?”. Je suis content des retours, les gens ont été assez réceptifs. Ce projet m’a permis de me retrouver avec moi-même, de retrouver le S-Pion d’avant.

On dirait que c’est un EP charnière, dans le sens où tu fais une sorte de bilan ?

Je suis totalement d’accord avec toi. Je pense qu’en fait des fois dans la vie on atteint un certain niveau où les thèmes dont je parle changent parce qu’entre temps on a vécu autre chose. C’est pour ça pour répondre à la question je pense que c’est un bon bilan cet EP parce que j’ai pris du recul.

Parles-nous un peu de la cover, qu’as-tu voulu montrer ?

J’ai toujours été intéressé par les super héros, tout ce qui est Marvel et dieux grecs. J’essaie de montrer que je suis quelqu’un de Solide (comme l’EP) et que j’abandonne jamais.

Ça te plairait d’être perçu comme un modèle auprès des gens qui t’écoutent ?

Yes c’est ça, un modèle de vaillance et de détermination !

En parlant de modèle, tu disais en interview (pour hypesoul) que tu avais en partie découvert le rap grâce à Kery James, c’est quelqu’un avec qui tu souhaiterais faire une collaboration dans un futur proche ?

Totalement, moi je suis vraiment dans la mélancolie et c’est pour ça que je pense me rapprocher de lui, ce qu’il fait ça me touche beaucoup, c’est ce que j’aime bien dans le rap. C’est des gens sincères qui sont en famille et qui racontent ce qu’ils vivent.

Niveau collaboration, quel prénom aimerais-tu rayer sur la liste des personnes avec qui tu souhaiterais faire un feat ?

J’aimerais beaucoup faire des feats avec des artistes nigérians, Burna Boy par exemple je kifferais.

Tu disais il y a 1 an que malgré les bons retours sur ton projet Sourou tu n’es jamais satisfait parce que tu recherches toujours le meilleur, d’où te viens cette perfection absolument voulue ?

Je sais pas d’où ça me vient, peut-être que c’est parce qu’on ne m’a jamais vraiment félicité dans la vie. J’ai du mal à m’auto-juger du coup je suis toujours sceptique sur ce que je fais.

Manque de recul ?

Ouais beaucoup trop. Pour moi c’est jamais assez bien et puis j’ai du mal à savourer quand je fais des choses biens. Il y a des gens qui font toujours mieux que moi. Au moins ça me permet de garder les pieds sur Terre.

Au-delà de ta musique tu as maintenant la casquette de producteur avec Igd Records, elle te vient d’où cette volonté de faire plus que rapper mais aussi producteur ?

Ça fait longtemps que j’y pense. Ce que je veux c’est transmettre ce que j’ai appris et donner de bons conseils et montrer aux autres la réalité des erreurs que j’ai pu faire. Elle me sert à ça aujourd’hui cette casquette de producteur.

Est-ce qu’avec du recul tu as des regrets sur ta carrière ? Que ce soit sur des choix musicaux ou même au sujet de tes allers-retours en prison qui ont pu freiner ta carrière

Ouais bien sûr, mon plus grand regret ce sont mes allers-retours en prison. Je pense que ça m’a freiné à des moments charnières de ma carrière. Après voilà ce qui compte c’est mon parcours et ce que je suis devenu aujourd’hui. Ça m’a donné de l’inspiration et puis c’est une partie de ma vie.

Si tu avais un conseil à donner au jeune S-Pion que tu étais il y a 5 ans, ce serait lequel ?

Franchement reste concentré, et au delà ne pense pas toujours à la fête, l’alcool… C’est un sacrifice qu’il faut faire pour rester focus.

Je sais que c’est un peu tôt de poser cette question mais à quand un prochain projet pour toi ?

Peut-être en 2023/2024, j’ai vraiment envie de me prendre la tête, quitte à ce que ça prenne du temps. Y’a tellement de choses qui arrivent maintenant je calcule mes projets sur 1 an voir même 2 ans.

Et est-ce que sur ce prochain projet on pourra espérer d’autres collaborations avec des artistes des Tarterêts ? (MMZ, PNL, F430 etc…)

Ouais bien sûr y’en aura comme d’hab’, ça reste la famille et c’est un truc culturel de feater entre nous.

S-Pion j’ai une dernière question pour toi : qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

La santé, la stabilité et surtout beaucoup de réussite ! C’est tout ce qu’il me faut.

Max

« Stephen Hawking dans le canapé »

ARTICLES SIMILAIRES

INTERVIEW : DRACKS, LA JEUNESSE, L’AMBITION, LE TALENT

INTERVIEW : DRACKS, LA JEUNESSE, L’AMBITION, LE TALENT

INTERVIEW : KAN, LA PLURALITÉ DE LA MUSIQUE

INTERVIEW : KAN, LA PLURALITÉ DE LA MUSIQUE

PORTRAIT : MENAVOR, QUAND LA RICHESSE MUSICALE RENCONTRE L’HONNÊTETÉ

PORTRAIT : MENAVOR, QUAND LA RICHESSE MUSICALE RENCONTRE L’HONNÊTETÉ

INTERVIEW : AXELENCE, RAPPEUR AUX PALETTES MULTIPLES

INTERVIEW : AXELENCE, RAPPEUR AUX PALETTES MULTIPLES

Notre dernière vidéo:

Coup de cœur :

Kobo – Anagenèse

Anagenèse - Kobo - CD album - Achat & prix | fnac