INTERVIEW : KAN, LA PLURALITÉ DE LA MUSIQUE

INTERVIEW : KAN, LA PLURALITÉ DE LA MUSIQUE

Kan commence le beatmaking dès l’adolescence avec FL Studio, en s’inspirant de Pete Rock, DJ Mustard, Kaytranada ou encore Metro Boomin. Et il trouve rapidement son style combinant RnB/Soul, Trap et Dance.

Nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec ce producteur ambitieux et bien déterminé à ramener le RnB à sa juste valeur grâce à son EP NOVA., celui-ci étant accompagné de très beaux visages de la scène en question : Jeunesaint, Chanel, Midas, Pernell West, Dyze, Trae6000, Davy One, Baeredith.

Pourquoi t’es-tu lancé sur ce projet dans les résonances RnB et pas autre chose ?

Je trouve qu’en France c’est pas assez mis en avant. C’est une musique qui me tient à cœur parce que je l’écoute depuis tout petit, c’est une musique qui est en moi. Donc du fait qu’elle soit pas bien exploité, je me suis dit que je devais rester dans ce délire. Surtout que ce sont mes sonorités de base, on retrouve cette essence un peu RnB, soul, funk des années 80-90, donc tout naturellement, je me suis dit que c’est ce qui me correspondait le plus.

En terme général, on considère le RnB comme une musique de loveur, est ce que tu vois ça comme ça toi ?

Je dirais que c’est une musique émotionnelle, évidemment, on parle d’amour. Mais l’amour c’est vaste, c’est plein de choses, on peut s’en servir pour exprimer ses sentiments tout en laissant de côté cette affiliation au « love ».

Et en France, qui sont les artistes RnB qui t’ont le plus fait kiffer ?

Je te cache pas qu’au niveau RnB francophone, j’suis pas un grand connaisseur. MAIS, je peux te citer Jeunesaint, j’aime beaucoup ce qu’il fait, il apporte une vraie vibe. Il y a aussi, bien sûr, Tayc, j’aime bien sa manière de chanter.

Commentconstruis-tu ta musique ?

Quand je produis, c’est vraiment tout au feeling. Quand je suis un peu énervé, je vais forcément vouloir faire un truc agressif. Tout dépend vraiment de mes émotions et du mood sur l’instanté.

Et tu utilises toujours FL Studio, comme à tes débuts, ou tu t’es dirigé vers d’autres logiciels ?

Je reste fidèle, toujours FL Studio, parce que les autres je les comprends pas (rire).

Comment t’as vécu le travail fourni sur « Anw Anw » ?

C’était dans une période où je bossais dans un studio et les artistes m’appelait pour faire des prods. Je travaillais déjà un peu avec Bolemvn sur d’autres sons, et là en l’occurrence y’avait Naza. Il y avait un guitariste et d’autres beatmakers. Et si tu veux, les gens pensaient que ça allait partir sur un truc festif comme Naza il aime faire, mais il voulait surtout pas ça. Donc on est parti sur un délire un peu plus « amour ». Et la vibe au studio elle était folle, Bolemvn et Naza ont une énergie et une bonne humeur de dingue.

« L’objectif était d’apporter quelque chose de nouveau et d’étincelant »

Maintenant on va plus se pencher sur ton projet. Pourquoi avoir choisi de nommer ton projet « NOVA. » ?

Pour plusieurs significations. D’un côté, NOVA, c’est la Nouvelle Ere en latin. Et d’autre part, pour l’étoile, qui brille considérablement. Je me suis dit que ça convenait parfaitement à la façon dont je pensais pour le projet. C’est-à-dire que l’objectif était d’apporter quelque chose de nouveau et d’étincelant. J’ai mis du temps à trouver le nom, mais quand j’ai pensé à NOVA. j’ai su que c’était ça.

« Je vois Jeunesaint comme le distributeur de vague »

Ça te tenait à cœur d’inviter Jeunesaint pour introduire le projet, est-ce que tu peux nous expliquer pourquoi ?

Pour te raconter un peu comment on s’est rencontré, c’est une copine qui me l’avait présenté en me disant « écoute le, c’est un mec qui fait du RnB, il est trop fort… » et j’ai trouvé ça grave lourd. Donc je l’ai contacté, il me semble, pendant le confinement. Donc on a parlé, etc… Et on a fait ROLLINGSTONE. On s’est pas encore vu mais ça a matché musicalement parce qu’il est dans le même délire que moi. Donc pour revenir à ta question (rires), je le vois comme le distributeur de vague, je voulais avoir sa prestation pour rentrer directement dans le vif du sujet.

D’autres sons ont donc été enregistrés alors ?

Y a d’autres sons… Normalement sur son prochain projet, je suis à la production d’un titre !

Combien de temps t’as passé sur NOVA. ?

Je dirais, presque 1 an, au moins 8 mois. Et y a pas mal de sons qui devaient y être qui, au final, ne sont pas présent. 

T’as été accompagné pour tout ce qui se passe autour de la musique purement parlant ?

Au départ j’étais tout seul. Mais j’ai rencontré Trae6000, qui s’est occupé du mix et master du projet. Il a participé à la partie écriture de certains sons, et il m’accompagnait dans certaines prods, notamment Dernière Chance.

« Je ne veux pas être uniquement l’ombre derrière l’artiste »

C’était important pour toi de bosser sur ton propre projet en dehors du travail fourni pour d’autres personnes ?

Totalement ! Imagine que tu dois attendre qu’un tel ou un tel sorte son projet pour qu’on entende parler de toi, tu vois ce que je veux dire ? C’est super bien de faire des placements pour les artistes, évidemment, je ne crache pas sur ça, mais je ne veux pas être uniquement l’ombre derrière l’artiste, je veux aussi faire mon propre chemin si possible.

Et t’as déjà pensé à poser sur tes propres prods toi ?

Non. Faire quelques toplines ok, mais il y a des gens qui sont fait pour ça, je les laisse faire (rires). J’y ai déjà penser y a quelques jours mais c’était vif. Y a une meuf sur Twitter qui avait tweet un truc du genre « commencez à mettre en featuring les beatmakers », donc ça a créé un débat de ouf. Et y’en a qui disait « si tu cherches à être en featuring, bah fais du son directement », et je suis d’accord avec ça, si tu veux être en feat, poses. (rires)

Est-ce qu’il y a des artistes avec qui tu as déjà prévu de (re)travailler, ou avec qui tu aimerais travailler ?

Carrément ! Y a déjà Pernell West avec qui j’ai bossé, j’ai effectué toutes les prods de son prochain projet, où on trouve un univers bien marqué. Y a Dyze aussi, parce qu’on a eu trop de retour positif ! Donc sincèrement, je pense rebosser avec tous les artistes du projet. Mais dans ceux que je ne connais pas encore personnellement, j’aimerai beaucoup travailler avec Chanceko. En fait, je suis surtout très intéressé par les « rookies ». 

Est-ce que tu as déjà essayé, ou ne serait-ce que penser, à collaborer avec des artistes internationaux ? 

J’ai pas pensé à contacter des artistes internationaux, mais j’ai déjà travaillé avec des gens de l’étranger. Quand j’étais à Londres, j’ai bossé avec Ebenezer, qui est un artiste accompli de là-bas, il a écrit pour Beyoncé et BTS je crois.

« C’est ma première carte de visite »

Maintenant c’est quoi l’objectif ? Déjà un second projet en tête ou tu te focalises sur d’autres choses ?

Un projet, c’est sûr ! Mais là, tout de suite, en vrai j’ai envie de signer. J’ai eu des propositions mais pas assez intéressante pour moi, donc j’espère vraiment avoir des opportunités grâce à ce projet justement.

NOVA. est disponible sur toutes les plateformes de streaming ici.

scopemag

Média de passionnés

ARTICLES SIMILAIRES

INTERVIEW : DRACKS, LA JEUNESSE, L’AMBITION, LE TALENT

INTERVIEW : DRACKS, LA JEUNESSE, L’AMBITION, LE TALENT

PORTRAIT : MENAVOR, QUAND LA RICHESSE MUSICALE RENCONTRE L’HONNÊTETÉ

PORTRAIT : MENAVOR, QUAND LA RICHESSE MUSICALE RENCONTRE L’HONNÊTETÉ

INTERVIEW : AXELENCE, RAPPEUR AUX PALETTES MULTIPLES

INTERVIEW : AXELENCE, RAPPEUR AUX PALETTES MULTIPLES

INTERVIEW : GOLGOTH, QUAND DÉTERMINATION ET TALENT VONT DE PAIRES

INTERVIEW : GOLGOTH, QUAND DÉTERMINATION ET TALENT VONT DE PAIRES

Notre dernière vidéo:

Coup de cœur :

Kobo – Anagenèse

Anagenèse - Kobo - CD album - Achat & prix | fnac