JOJI, DE L’ABSURDE À LA MÉLANCOLIE

JOJI, DE L’ABSURDE À LA MÉLANCOLIE

Certains ignorent que derrière la tendance virale du Harlem Shake (qui consiste à danser en groupe sur la chanson du même nom de Baauer) se cache en réalité George Miller, ou plutôt le personnage absurde Pink Guy qu’il a incarné sur YouTube de 2008 à 2017. Fort heureusement, l’australo-japonais est aujourd’hui davantage connu en tant que Joji, artiste musical aux mille facettes. Retour sur sa carrière haute en couleurs !

Face A : rose

Déjà en 2014, il n’était pas rare de voir des vidéastes se lancer dans la musique. C’est cette année que George Miller, connu alors pour ses vidéos incongrues et souvent provocantes, sort son premier EP PINK GUY. Fidèlement à son personnage, les titres sont teintés d’un humour absurde et dénués de toute portée sérieuse. Small Dick, Fried Noodles ou encore Dora the Explora donnent le ton. Cette folie musicale se poursuit jusqu’en 2017 avec les EP Pink Season et Pink Season : The Prophecy, tous deux du même acabit que le premier.

Face B : bleu nuit

En novembre de la même année, George Miller entame un virage à 180°. Pas de demi-mesure pour l’australo-japonais qui se détache alors complétement du personnage de Pink Guy et investit la scène musicale, de manière sérieuse cette fois-ci, sous le pseudonyme Joji. Sa fidèle combinaison rose laisse place à des vêtements sombres et un univers musical mélancolique. George Miller se montre désormais sous son vrai visage.

La musique qu’il propose alors est plus personnelle. Il l’a en réalité construite et perfectionnée dans l’ombre pendant plusieurs années. Passionné de longue date, Joji a acheté son premier micro à ses 16 ans et a rapidement commencé à s’enregistrer sur le logiciel GarageBand. En 2015, il publiait déjà des morceaux sur SoundCloud, où se côtoyaient à l’époque petits producteurs, samples de Shiloh Dynasty et autres prods empreintes de nostalgie qui ont signé l’émergence du genre musical lofi. Son premier véritable EP, In Tongues, s’inscrit donc tout naturellement dans cette esthétique sonore et visuelle. Sa voix, que l’on ne soupçonnait pas si émouvante, se dévoile être un atout de taille pour cristalliser cet univers calme, sombre et brumeux. Joji nous donne l’impression d’être immergé, dans un état de léthargie : son chant est légèrement étouffé, les visuels saturés, l’ambiance générale reposante.

En octobre 2018, tout juste un an après, Joji sort l’album BALLADS 1. L’esthétique et les thèmes abordés sont sensiblement les mêmes que dans son précédent projet : détresse, perte, rupture ou encore lassitude (il n’articule volontairement pas dans le morceau Attention, comme pour montrer son découragement). L’absurdité de son ancien personnage Pink Guy s’est changée en pathétique, avec des clips dans lesquels il n’hésite pas à se montrer faible, déboussolé, meurtri. Celui de Slow dancing in the dark, morceau incontournable de sa discographie, en est un parfait exemple.

Une chose commence pourtant à changer : Joji gagne petit à petit en reconnaissance. Il réalise des projets musicaux en commun avec le collectif 88rising aux côtés du rappeur Rich Brian, de la chanteuse NIKI, de l’artiste coréen Keith Ape ou encore du quatuor Higher Brothers, et s’offre même un featuring avec Trippie Redd ! Il fait également une apparition sur la chaine YouTube COLORS.

Face C : orange

Joji marque son retour en 2020 avec l’album Nectar. Il se détache cette fois-ci de l’esprit lofi et propose une tracklist plus diversifiée. S’enchainent balades, performances vocales (impossible de ne pas citer le morceau Run), titres plus expérimentaux (à l’égard de Pretty boy, qui a malheureusement un goût d’inachevé) et morceaux aux influences pop (le pétillant Gimme love par exemple).

L’ambiance générale est plus chaude et sa musique davantage texturée. Joji semble avoir quitté les profondeurs, il lévite désormais dans l’espace, comme nous le montre le clip de Sanctuary. Une parfaite maitrise, encore une fois, de l’art de l’expérience musicale.

Quel sera donc le prochain univers déployé par l’artiste ?

Léa

ARTICLES SIMILAIRES

RESTEZ PRINCE, DANS L’ART ET LA MANIÈRE

RESTEZ PRINCE, DANS L’ART ET LA MANIÈRE

« UN PEU DE SOLEIL » EN HIVER, ÇA FAIT DU BIEN

« UN PEU DE SOLEIL » EN HIVER, ÇA FAIT DU BIEN

AUSTIN ARRIVE AVEC « REFLET »

AUSTIN ARRIVE AVEC « REFLET »

JUL « SOURIRE TRISTE »

JUL « SOURIRE TRISTE »

Notre dernière vidéo:

Coup de cœur :

Kobo – Anagenèse

Anagenèse - Kobo - CD album - Achat & prix | fnac