RAP ET HIP-HOP UK, 40 ANS D’HISTOIRE

RAP ET HIP-HOP UK, 40 ANS D’HISTOIRE

Le rap et le hip-hop britannique sont deux volets différents de la même forme d’art. Bien que l’étiquetage ne suggère pas beaucoup de différences entre les deux à première vue, chacun avait ses propres cultures et pratiques, ce qui rendait la distinction beaucoup plus visible. 

Les années 80 : les Sound-Systems et la naissance du Hip-Hop britannique  

Dans les années 1980, une vague de descendants de la génération Windrush s’est retrouvée à la tête de la scène britannique avec leur sound system. 

Peter King, Tippa Irie et Smiley Culture s’exprimaient en appliquant le format traditionnel du « Toasting », mais en utilisant des sons électroniques ouvrant une nouvelle ère pour le dancehall. 

Ce fut en quelque sorte, la naissance d’un style de rap qui mènerait au Garage, à la Drum and Bass, à la Jungle et la Grime moins d’une décennie plus tard.  

Peter King – Me Neat Me Sweet

Du côté hip-hop traditionnel, il est difficile de parler des années 1980 sans reconnaître ses pionniers : The Wild Bunch (qui devint plus tard Massive Attack), London Posse et Rodney P. Avant les années 1990, la plupart des rappeurs britanniques adoptaient des accents américains, dans l’espoir que cela les aiderait à construire leur profil. Le regretté Derek B a été l’un des premiers rappeurs britanniques à atteindre le succès dans les charts grâce à des titres tels que « Goodgroves » et « Bad Young Brother », tous deux sortis en 1988. Un certain nombre de maisons de disques ont également vu le jour et ont donné aux rappeurs britanniques un foyer. , comme Positive Beat Records dans l’ouest de Londres, Low Life Records basé à Leeds ou encore Music of Life, sur lequel Derek B était signé ainsi que Demon Boyz, MC Duke et, beaucoup plus tard, Asher D.

DEREK B – GOODGROOVE

 Les années 90 : l’âge de bronze du rap et du hip-hop britanniques 

Il y avait une poignée d’éminents MCs tels que Rodney P et Blak Twang (qui a sorti son premier single « What’s going on » en 1995) mais la plupart de la scène était composée de locaux tels que Overlord X, Dominant Force, Demon Boyz et Krispy 3. L’une des raisons pour lesquelles ces groupes n’ont pas réussi à sortir de l’underground était que le hip-hop, dans ce style, était considéré comme trop américain, l’industrie et les médias le considérant comme inauthentique. Cependant, ce que l’industrie n’avait pas pris en considération, c’était à quel point il était facile pour les MC de localiser leur style de hip-hop. 

Demon Boyz – International Karate

Tricky est un autre MC dont l’influence peut être entendue dans la scène rap d’aujourd’hui grâce à son charisme avant-gardiste et de son individualisme dans une scène pleine de crews. Originaire de Bristol, cela signifiait qu’il allait souvent être exclu des conversations concernant l’impact durable des rappeurs britanniques des années 90. Tricky était plus Trip-Hop que rap et Bristol était le berceau de cette scène au Royaume-Uni. Et cette scène originaire de l’ouest du pays n’était pas non plus un hasard. Le sud-ouest a toujours été culturellement éloigné de Londres, et à ce moment-là, cela signifiait que des distinctions régionales commençaient à se développer à travers le pays.  

Tricky – Overcome

Roots Manuva émergera également à la fin des années 90 avec son premier album « Brand New Second Hand » sorti en 1999. Cependant, c’est « Witness » (2001), qui a fait connaître le rappeur de Stockwell avec sa production bancale et vibrante du sud de Londres. 

Roots Manuva – ‘Witness (1 Hope)’

À travers le Garage, la Jungle et la Drum and Bass, le Rap n’était pas si facilement défini, c’était juste du MC-ing ou du « spitting ». Cela a commencé à créer une division claire entre les sons hip-hop plus traditionnels, bien que les artistes des différentes scènes se soient souvent rencontrés et produits lors des mêmes tournées.

Début des années 2000 : La Grime entre dans la mêlée 

Au tournant du millénaire, le rap britannique était intrinsèquement lié au Garage. Si vous deviez trouver du rap bien « Straight », à cette époque, il fallait se pencher du côté du hip-hop UK. Lorsque So Solid Crew a émergé au début des années 2000, l’ADN du rap allait changer. Alors qu’ils commençaient à flirter avec des sons au tempo lent, en particulier sur « 2nd Verse » leur deuxième album. « Know Me » de Pay As U Go , sans doute l’un des premiers morceaux de grime, a inauguré, à ce moment là, un nouveau style de Garage qui était plus menaçant et plus grave qu’avant. 

Au cours des années suivantes, Dizzee Rascal, Kano, Roll Deep, Nasty Crew, Ruff Sqwad et Boy Better Know finiront le travail. Adieu le Garage, salut le Grime. 

Pay As You Go Cartel – Know We

C’est grâce au Grime que des plateformes telles que Risky Roadz, Lord of th Mics, Grime Forum ou Butterz sont nées.

Le grime, comparé au garage, était devenu un genre multimédia, capitalisant sur la connectivité d’internet et les DVD qui ont permis à la scène de prospérer à l’échelle nationale. Bien que bon nombre de ces plateformes soient apparues au milieu des années 2000, elles faisaient toutes partie de l’ « establishment » des médias underground qui capturait honnêtement et authentiquement l’essence du Grime à l’époque. 

De l’autre côté, Ty, Jehhst, Skinnyman ou encore The Street ont commencé à émerger, embrassant les traditions du hip-hop britannique. Ces rappeurs ont localisé les thèmes du climat sociopolitique du Royaume-Uni à l’époque tout en conservant un son hip-hop émouvant. Il y avait aussi un côté brumeux et tourmenté qui convenait au paysage sombre et gris de la classe ouvrière britannique. La scène était underground, mais il s’agissait d’artistes déclarant souvent leur amour pour des groupes de rap américains tels que Mos Def, Wu-Tang Clan ou Pharoahe Monch. 

Skinnyman – Council estate of mind

L’explosion du Road Rap (ou Gangsta Rap)

Le Grime était plus vivant que jamais et une scène solide s’était établie en 2005. Au-delà des radios pirates, les MC commençaient à sortir des projets complets : Boy In Da Corner de Dizze, les compilations Guns N Roses des Ruff Sqwad, Home Sweet Home de Kano, d’excellentes œuvres,

dissipant les mythes que la scène ne pouvait produire des projets de qualité. 

Et de jeunes MC tels que Chipmunk, N-Dubz ou Griminal patientaient tous dans les coulisses en attendant leur heure. 

Dizzee Rascal – I Luv U

Dans des régions comme le sud de Londres, le Road Rap est devenu le son prédominant. Sur le plan sonore et thématique, c’était le précurseur le plus proche de la Drill et de la Trap que nous entendons aujourd’hui. On peut dire que les gars les plus importants, ceux qui ont le mieux réussi à émerger de cette scène étaient Krept & Konan et Giggs, qui ont adopté des tons plus lents mais plus menaçants. 

Krept & Konan – Dont Waste My Time

La scène du Gangsta Rap était composée en grande partie de légendes locales telles que Young Spray et North Star du nord de Londres, Gipset avec donc Krept &Konan et SAS – la branche britannique des légendes Dipset. 

Parfois, il était souvent difficile de faire la différence entre le rap et le grime, car de nombreux MC commençaient à se croiser à partir d’environ 2005.  

Des MC tels que Swaye et Klashnekoff ont laissé leur empreinte distinctive sur le hip-hop au fil des ans. Sway a embrassé son héritage ghanéen et Klashnekoff l’a fait avec ses racines jamaïcaines. Les deux étaient des paroliers doués à part entière. Cependant, de nombreux MC hip-hop collaboraient régulièrement avec des artistes d’autres scènes telles que le garage, la jungle, le rap et la drum & bass comme moyen de traverser mais aussi de souligner qu’en raison de ces scènes composées principalement de descendants d’immigrants noirs, il n’y avait pas eu une seule scène qui ait jamais été complètement isolée. C’est cette fluidité qui a rendu la scène britannique si unique et innovante même si elle n’a pas nécessairement eu un marché aussi important que celui des États-Unis. 

Klashnekoff – My Life

Années 2010 et au-delà : l’âge d’or, la naissance de l’exercice britannique et la nouvelle frontière du rap 

C’est au cours de cette décennie que le rap britannique s’est généralisé. Mais, ce n’est pas seulement une chanson qui a brisé les vannes, comme le freestyle « Shut Up » de Stormzy ou « Funky Friday » de Dave et Fredo, qui est devenue n° 1 des charts. C’était l’aboutissement des succès des 10 dernières années, positionnant le Rap UK à un niveau qu’il n’avait jamais atteint auparavant. 

Les vétérans du Grime ont toujours eu leurs racines bien ancrées dans la scène mais Skepta, Kano, D Double E, Ghetts et beaucoup d’autres ont chacun sorti des albums qui non seulement sonnaient très différemment des sorties underground des années 90, mais cela a montré également que ces artistes ont été capables de s’adapter à un public plus jeune qui était beaucoup plus amoureux du rap que du Grime pur. 

Dave – Funky Friday (ft. Fredo)
Skepta – No Security

Ces dernières années, l’arbre généalogique du rap britannique a grandi et s’est développé en raison des phénomènes sociaux qui ont eu lieu plus tôt dans la décennie. L’accès à des plateformes telles que YouTube et des sites de streaming a donné aux jeunes artistes un paysage sonore plus large et plus diversifié dont ils peuvent s’inspirer. Alors que la Drill, née à Chicago via Chief Keef, Lil Reese ou King Louie, a migré vers le Royaume-Uni et a finalement presque remplacé le Grime en tant que son de la jeunesse noire. 

Chief Keef – I Don’t Like (feat.) Lil Reese

La montée en puissance des équipes du sud de Londres telles que 67 et Section Boyz ont eux aussi permis à la Drill et la Trap de prendre de l’importance. Ses dernières années, des noms tels que Skengdo & AM, SL, Unknown T ou encore K-Trap ont été à la tête de la vague actuelle d’artistes Drill qui gagne en popularité. 

Unknown T – Homerton B

Le rap britannique est désormais fermement ancré dans le courant dominant avec pour représentants les poids lourds tels que Dave, J Hus, Skepta ou Stormzy qui ont déjà tous sorti au moins un album marquant et essentiel.

STORMZY – WILEY FLOW

Il est devenu plus difficile de définir et de séparer ces scènes, aujourd’hui, à cause d’Internet. Cependant, une chose merveilleuse se produit de plus en plus, c’est l’utilisation de sons du passé par la jeunesse, comme un mélange de nostalgie et de conscience de l’ADN de cette musique venant de leurs aînés . 

Bien qu’il y ait eu des règles strictes pour définir ce qu’est chacune de ces scènes – qu’il s’agisse de Rap, de hip-hop, de Jungle, de Grime ou de Trap – ces règles commencent à se désintégrer. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Cela signifie que les artistes eux-mêmes n’ont pas à se cantonner à une branche particulière de cet arbre, ce qui leur permet de traverser les styles encore plus facilement que leurs prédécesseurs. 

Et si l’on se fie au passé, les 40 prochaines années montrent d’incroyables promesses pour cette fabuleuse scène britannique.

Article rédigé par BRKR.

scopemag

Média de passionnés

ARTICLES SIMILAIRES

INTERVIEW : DRACKS, LA JEUNESSE, L’AMBITION, LE TALENT

INTERVIEW : DRACKS, LA JEUNESSE, L’AMBITION, LE TALENT

INTERVIEW : KAN, LA PLURALITÉ DE LA MUSIQUE

INTERVIEW : KAN, LA PLURALITÉ DE LA MUSIQUE

PORTRAIT : MENAVOR, QUAND LA RICHESSE MUSICALE RENCONTRE L’HONNÊTETÉ

PORTRAIT : MENAVOR, QUAND LA RICHESSE MUSICALE RENCONTRE L’HONNÊTETÉ

INTERVIEW : AXELENCE, RAPPEUR AUX PALETTES MULTIPLES

INTERVIEW : AXELENCE, RAPPEUR AUX PALETTES MULTIPLES

Notre dernière vidéo:

Coup de cœur :

Kobo – Anagenèse

Anagenèse - Kobo - CD album - Achat & prix | fnac