NOXIOUS: PRODUCTEUR AUX PALETTES MULTIPLES

NOXIOUS: PRODUCTEUR AUX PALETTES MULTIPLES

Ses débuts en tant que beatmaker

Noxious est un beatmaker et topliner originaire de Bordeaux. Il commence à produire des instrumentales au début des années 2010 à l’époque de la fameuse trap d’Atlanta. Il va commencer la musique avec ses grands frères qui faisaient du rap. Il expliquera que les instrus sur lesquels ils posaient étaient mauvaises, ce qui l’a poussé à en produire pour eux.

Il débute sur FL studio à une époque où les tutoriels n’existaient que très peu pour les logiciels de composition. Il devra attendre d’avoir fini ses études et d’être entré dans la vie active pour que la musique devienne un travail à plein temps. En effet, le fait de venir de Bordeaux va être un frein pour lancer sa carrière, même si le rap est développé dans cette ville d’un point de vue national, les opportunités pour bosser avec des gros artistes sont rares. Deux artistes ont joué un rôle important dans sa carrière : Denza et Heezy Lee. Le premier, beatmaker est lui aussi originaire de Bordeaux, il est notamment le coproducteur du tube Madrina de Maes. Le deuxième, beatmaker et topliner, est membre du collectif le Sommet, dont font partie notamment Junior Alaprod et Le Motif. Heezy Lee collectionne les tubes tels que DKR de Booba, Habitué de Dosseh ou encore Mobali de Siboy.

Vers 2016/2017, avant qu’il ne commence à se faire réellement un nom, il va s’enfermer environ un an chez lui et composer un maximum de prods. Son objectif: atteindre un niveau qui lui permette d’être réellement satisfait de son travail et donc pouvoir de les envoyer à pleins de rappeurs et des maisons de disques. Il atteindra selon lui un très bon niveau au bout de six mois. Il cherchera à placer pour des artistes en les envoyant sur les adresses mails trouvées sur les réseaux sociaux des rappeurs.

Ses premiers placements et ses gros succès

Noxious va débuter ses collaborations avec des gros rappeurs avec Barack Adama, membre du groupe Sexion d’Assaut. Il placera quatre prods sur le projet La Propagande (saison 2), composé de onze tracks, sorti en juillet 2017. Il sera aussi présent sur la B.O du film “C’est tout pour moi” de Nawell Madani et Ludovic Colbeau-Justin. Il va alors enchaîner les placements, le plus célèbre reste WLG de Niska, sorti durant l’été 2018 et aujourd’hui certifié single de diamant. Il a participé au format vidéo « LaProd » du média « Mouv », où il revient sur la composition du morceau. Il va notamment expliquer qu’à la base, le morceau était prévu pour Dosseh, mais ce dernier n’a pas retenu la prod, qui a donc été utilisée par Niska. Il va être influencé pour ce morceau par le courant de la trap plus tourné vers le turn up, Lil Uzi Vert étant une des inspirations pour la composition.

Il a pour habitude de composer des prods et de poser des toplines dessus, mais ce n’est pas le cas pour ce morceau. Puis va venir un autre élément marquant de sa carrière : ses deux prods placées sur l’album “Destin” de Ninho : “Putana” et “À Kinshasa” en featuring avec Fally Ipupa. Le premier va être certifié single de diamant et le deuxième single de platine. Pour l’anecdote, la prod de “Putana” a été composée en seulement vingt minutes. En effet, il explique qu’il l’avait composée chez lui en délirant pour montrer à une fille comment faire une prod.

Ses inspirations et son moyen de se maintenir au sommet

Il cite souvent deux grosses inspirations. Pour l’aspect beatmaker, il évoque Timbaland, légende du rap Américain. Ses premiers gros placements sont en 1996 et 1997 sur les projets de Aaliyah et Missy Elliott. Il devient ensuite une machine à tubes, tel que “Cry Me a River” de Justin Timberlake. On le considère parmi les rares beatmakers à avoir apporté son son et le populariser. Le deuxième est Kanye West, mais plus pour sa vision d’artiste qu’il avait sur sa musique, les ambiances et l’univers qu’il créait sur ses projets.

Plus récemment, celui-ci a eu un impact moins important sur sa musique mais il est important d’en parler. C’est le phénomène Travis Scott, avec notamment sa prouesse au niveau des mix et des effets. Noxious suit les sorties rap de différents pays. Il indique écouter autant de rap américain que européen, notamment en Italie, mais aussi en Hollande et en Espagne. Mais aussi du rap africain. C’est un des éléments qui lui permet de rester à la page, cette curiosité permet donc de se renouveler dans son travail selon lui.

Le futur de Noxious

Aujourd’hui, Noxious est un compositeur bien identifié dans la scène rap puisqu’il a composé certains des derniers morceaux de Booba comme “Ratpi World” ou encore “Plaza Athénée”. Il est notamment apprécié pour la diversité de ses compositions : influences africaines, morceaux plus trap ou encore plus chantés. Il est signé en édition chez Sony et Blue Sky. L’une de ses envies pour le futur serait de se tourner vers la variété. Il évoque néanmoins les difficultés que cela entraîne. En effet, la manière de travailler est très différente et il faut donc une capacité à s’adapter à cela. Mais cela ne le décourage pas puisqu’il a notamment dévoilé son envie de collaborer avec Vianney. On parle aussi souvent aux beatmakers d’un éventuel album de producteur. Lui estime qu’il n’est pas encore assez établi dans le rap et attend une plus grosse exposition au public pour éventuellement le réaliser.

scopemag

Média de passionnés

ARTICLES SIMILAIRES

RESTEZ PRINCE, DANS L’ART ET LA MANIÈRE

RESTEZ PRINCE, DANS L’ART ET LA MANIÈRE

« UN PEU DE SOLEIL » EN HIVER, ÇA FAIT DU BIEN

« UN PEU DE SOLEIL » EN HIVER, ÇA FAIT DU BIEN

AUSTIN ARRIVE AVEC « REFLET »

AUSTIN ARRIVE AVEC « REFLET »

JUL « SOURIRE TRISTE »

JUL « SOURIRE TRISTE »

Notre dernière vidéo:

Coup de cœur :

Kobo – Anagenèse

Anagenèse - Kobo - CD album - Achat & prix | fnac